vendredi 20 février 2009

Bal combattant

Étoile vaincue, pourtant tu redresses les épaules
Tous les astres n’ont pas de nom
Tu voudrais leur donner le tien
Anonyme en ta demeure



Immobile, geste ou éclat
Trop de surprise dans un seul mouvement
Comme s’il désirait l’absence
Moi je recueillerai vos restes



À l’abris dans un cœur troublant
Elle s’est éteinte avant l’aube
Pour peu que l’on reconnaisse sa trace
Ce n’est pas une heure de bitume



L’oublie prendra ton visage
Un reflet disparu
Ou peut-être un tiers amoureux
Et le reste avec toi




Je ne suis pas parti
Vois comme les repos s’étirent
À l’ombre d’une jambe pendante
Au pied du vide



Les métamorphoses s’accumulent
Mais nous n’iront point
Quand il faut perdre son chemin
Pour retrouver la chimère.


Merci à Martin et Karsten qui ont posés pour nous à l'atelier de modèles vivants en duo à l'espace Ars Longa.

2 commentaires:

Encre a dit…

Je vais finir par m'y mettre aussi. Difficile de résister en regardant ça.

Adeline Lamarre a dit…

N'est-ce pas? ;-)