lundi 29 décembre 2008

Les bisaxées textuelles

J’ai rencontré Luce à un comptoir de Java
Elle ne parlait pas
J’ai bien cru un instant qu’on allait tous mourir


Ouvre ton livre, et relis-moi ce chapitre
Juste avant les territoires du terme
Ils s’étendent comme une vaste plaine grise
Là où l’autobus fait le tour du lac
Le lac le mauve


Je connaissais ces arbres
Elles sont revenues
Frappantes
Ainsi c’est assez


Prends ton café, Luce
J’ai bien connu le fauve
Par la peau qui parle


Parles-moi de ce conte qui dort
Je ne l’ai pas vu
Je n’aime pas les voir
Les éclatés de la paume chaude


Nous irons tous dormir la même ombre
Peut-être un peu
Mais tous à la fois.

Séance de modèle vivant à l'aspace Ars Longa. Merci à Luce et Karsten qui ont posés pour nous.
J'ai retravaillé cette séance, étant trop insatisfaite du résultat. J'avais utilisé une plume très souple, faisant mentir mon adage: "À bon artisan, point de mauvais outils."
Ah! On ne peut pas toujours être à la hauteur de ses ambitions.

2 commentaires:

Encre a dit…

Tiens, je me trompe ou tes nus prennent un look un peu plus BD???

J'adore le premier :-)))

Bonne année à toi et tout le meilleur pour 2009.

Adeline Lamarre a dit…

Hum... sans doute parce que je les ai retravaillés. C'est un beaucoup moins intuitif.
Merci beaucoup.
Et une belle année à toi aussi, plein de créativité et de projets artistiques.