mercredi 12 novembre 2008

Le ciel de St-Malo

Je n’ai jamais vu de ciel comme ceux de la Bretagne à St-Malo durant les grandes marées.
Ils sont sublimes et inimitables.
De l’orage mêlé de grêle à l’ouest, de la pluie à l’est, des charmants petits cumulus au sud et du ciel bleu au nord tandis qu’au dessus de ma tête, c’est l’arc-en-ciel.

Il fallait apprendre à dompter la pluie, qui n’était toujours que passagère, et savoir sortir au bon moment. Ça tombe bien, St-Malo intra-muros est parsemée de petits cafés très charmants qui ne semblent pas avoir d’autre utilité. Il fallait voir les chocolats chauds enterrés sous un pied de crème chantilly, les galettes de sarrasin débordantes de garniture et les crèmes glacées artisanales tout simplement divines.

Qu’on ne s’y trompe pas. C’était un voyage très difficile mais aussi rempli de bonnes choses. Ce qui fait qu’une expérience est tellement enrichissante.

Le donjon à droite est devenu l’hôtel de ville (si j’ai bien compris).


Ce que je rapporte de mieux?
La beauté.
Et vous verrez, ça ne fait que commencer. Après Quai des bulles, j’avais quelques jours pour me promener, et déplorer de ne pas avoir les yeux assez grands pour tout voir.
Dans St-Malo intra-muros par exemple, j’aurais pris une photo à chaque coin de rue.

4 commentaires:

Encre a dit…

Connais-tu le blog d'Anita, la pêche à la baleine?
Elle est en Bretagne.
On y trouve des textes de magnifique et de superbe photos de la mer et du ciel de Bretagne. Quand tu auras un peu le blues de là-bas... ;-)

romano a dit…

La façon dont tu en parles donne envie d'y aller faire un tour car ça a l'air vraiment chouette ! En tout cas, tu es tombée sous le charme de l'endroit ! Au fait, et les marins dans tout cela ?? ;))

Arkvaender a dit…

C'est vrai que ça ressemble un peu à Québec, comme tu disais dans un précédent message.

Adeline Lamarre a dit…

Encre.
Oui, les photos, c'est ce qui me manque le plus. Je n'ai pu apporter avec moi qu'un minable appareil jetable de pharmacie et j'ai raté la moitié des prises alors... Mais au moins j'ai mes dessins.
Sauf que, j'ai déjà le blues de St-Malo.
snif! snif!
J'irai voir sans faute. Merci.

Romano, dire que je suis tombée sous le charme est un bien faible euphémisme. Et c'est quand même pas trop loin de chez toi j'imagine, chanceux va! T'habite un pays merveilleux.
Les marins... c'est fou, t'es pas le premier à m'en parler mais, non, je regrette, j'ai pas remarqué. Et de toute façon, ici c'est un blog consacré au dessin et au délires de la prétendue artiste qui s'y adonne. Ce qui n'a rien à voir avec les gars ;-)

J'avais la tête ailleurs je crois. Mais je regrette un peu de ne pas avoir prit le temps de faire les portraits des gens formidables que j'ai croisé là-bas. En tout cas, quand on regarde le Québec en comparant avec la France, on se rend compte que c'est vraiment très austère ici. Peut-être à cause de nos grands écarts de température qui sont vraiment cruels, ou parce qu'on est un pays encore si jeune.

Arka, oui, on sent la passerelle qui nous relie à St-Malo dans l'héritage culturel. Mais cela se perd il me semble. Et c'est bien malheureux. Des fois je me demande vraiment pourquoi est-ce qu'on veut être américains (euh, états-uniens !!!) à ce point là. Et puis zut! Pourquoi est-ce que les États-Unis se revendiquent la dénomination d'"américains"? Comme s'ils étaient les seuls icitte.