vendredi 28 novembre 2008

Poème d’hiver II

J’avais commencé cette peinture à la fin de l’hiver dernier, vers le mois de mars. Elle était toujours inachevée quand j’en ai parlé sur mon blog, ici. Mais comme le printemps arrivait, je n’avais plus envie d’y travailler. Mais à force de tourner autour tout l’été et d’en être de plus en plus insatisfaite, j’ai finis par la remettre sur mon chevalet.
Il y a aussi le retour du froid et de la neige...
Là, elle est bel et bien achevée.
Elle sera exposée au 106U pour le mois de décembre.

4 commentaires:

Encre a dit…

Tu as bien fait de ne pas la laisser au placard!!!
Elle a tué le cygne et rapart sans un remord.
Ce tableau est un vrai poème macabre comme je les aime :-))

Adeline Lamarre a dit…

Merci Encre.
Je ne sais pas trop ce que j'ai voulu exprimer dans cette peinture. Mes thèmes habituels tournent surtout autour de la solitude dans un environnement hostile et d'une quête personnelle du bonheur. Rien d'original finalement.
Peut-être que ça veut dire qu'il faut laisser mourir, parfois, abandonner des choses derrière nous et continuer notre chemin sans regarder en arrière. Car sinon les choses mortes nous entraîneront jusqu'au fond des eaux glaciales et ténébreuses où plus rien ne peut vivre.

romano a dit…

Le résultat est vraiment excellent !
J'aime beaucoup le paysage : ce ciel chargé de neige, ces arbres décharnés, ces corbeaux aux yeux luisants...
...et le personnage (inquiétant à souhait...)qui trace sa route, calmement, une fois son forfait accompli, tandis que le cygne occis est emporté lentement par l'onde impénétrable.
On pourrait en tirer une nouvelle de cette peinture très inspirante !
Bravo Adeline !

Adeline Lamarre a dit…

Wow! Merci Romano, c'est gentil.
Mais c'est un peu vrai ce que tu dis. Je vois souvent mes peintures comme des histoires dont le vocabulaire emprunterait un langage visuel. C'est pour cela que je suis passionnée de symbolisme, je crois.