mardi 16 septembre 2008

Avaler des rêves

Une chance qu'on a l'imagination car la réalité est parfois bien triste.
C'est un dessin que j'avais envoyé à un concours de caricature dont le thème était "l'argent". Mais je n'ai rien gagné. Faut dire que ça ne m'inspirait absolument pas. Alors j'ai donc parlé d'une réalité que j'ai longtemps côtoyé. Ce qui, sans doute, ne doit pas rejoindre grand monde.

5 commentaires:

Arkvaender a dit…

Il est génial ce dessin, mais en même temps empreint de tristesse. J'espère que tu rêveras encore longtemps et que tu nourriras l'imagination du monde aussi longtemps...

guy a dit…

Très joli

Laurent Lavaill a dit…

J'ADORE cette illustration, particulièrement les couleurs et la composition.

Encre a dit…

Je la trouve très forte, cette caricature. Je ne la trouve pas triste mais elle est crue (ce frigo vide, on ne peut pas le manquer) et elle a le pouvoir de faire monter un certain malaise parce qu'elle en appelle à un courage, à une intégrité que nous n'avons pas tous (pauvreté "acceptée"). En même temps elle est comique : ce personnage qui peint des plats fastueux oublie-t-il le frigo vide, perdu dans un autre monde ou peint-il ce festin oublier le frigo vide?
Je n'y connais pas grand chose en caricatures, mais ça me semble très réussi :-)

Adeline Lamarre a dit…

Arka: Ne soit pas triste. J'espère bien en avoir pour encore très longtemps.

Merci beaucoup Guy

Laurent: C'est très gentil à toi. C'est ma palette préférée, sépia et bleu de prusse. Quand on est sincère, je crois qu'on ne peut pas se tromper.

Encre: Tu as très bien compris mon langage ;-)
En fait, le tableau, ça pourrait être un commande d'un riche client. L'artiste n'a pas grand chose à quoi se rattacher dans la réalité, alors il laisser aller son imagination (c'est cela l'oiseau). Et, d'une certaine façon, ça la nourrit.