lundi 20 octobre 2008

Histoire de Lisey

Roman de Stephen King

p.433 « Je crois que tous les gamins ont un endroit où ils s’en vont quand ils ont peur ou qu’ils se sentent seuls ou qu’ils s’ennuient à mourir tout bonnement. Ils l’appellent le Pays de Nulle-Part ou la Comté, Na’ya Lune s’ils ont une imagination fertile et se le fabriquent eux-mêmes. La plupart oublient. Les rares talentueux – comme Scott – harnachent leur rêves et les changent en chevaux.»

Pour moi, c’est l’île de Vaar.

p.463 « Oh, peut-être un petit trésor pour les plus enragés des Incups, collectionneurs et universitaires qui conservaient leurs postes en grande partie grâce à l’examen de l’équivalent littéraire du miel de leur nombril dont ils se tartinaient mutuellement dans leurs abstruses publications; crétins ambitieux et surinstruits qui avaient perdu le contact avec ce qu’était la quintessence des livres et de la lecture et pouvaient s’estimer heureux de continuer pendant encore d’interminables décennies à filer de la paille en or pour les gogos de la note en bas de page. Mais tous les vrais chevaux avaient quitté l’écurie… »


Quand à moi, j’ai lu « Histoire de Lisey » en grande partie dans les salles d’attentes d’hôpitaux avec un œil qui pleure tout seul.
Grand merci à Stephen King.
Ensuite, j’ai fais ce dessin de Na’ya Lune.
L’espèce de truc bizarre en premier plan, c’est supposé être une poubelle avec une couverture afghane jaune, et quelques bouteilles.
J’ai adoré ce livre. J’irais presque jusqu’à dire que c’est son chef d’œuvre.
Mais pour vraiment l’apprécier, il faut avoir suivit un peu sa carrière.
Si vous avez lu «Shining», «le talisman des territoires», le cycle de «la tour sombre», son essai «Danse Macabre» et que vous avez aimé cela, je vous conseille fermement ce livre.

4 commentaires:

guy a dit…

"[...] collectionneurs et universitaires qui conservaient leurs postes en grande partie grâce à l’examen de l’équivalent littéraire du miel de leur nombril dont ils se tartinaient mutuellement dans leurs abstruses publications [...]"

Voilà les destinataires de ces subventions?

romano a dit…

Voilà qui éveille ma curiosité, et j'ai bien envie maintenant de découvrir ce bouquin de King qui m'a l'air très intéressant. Il faut que je me le procure !
Quand je regarde ton illustration, Adeline, un seul mot me vient : "onirisme". Bravo, ça transporte !

Adeline Lamarre a dit…

Guy: Hélas!
Mais.... moi aussi j'en suis.

Romano: Ah! Mais c'est un autre monde, tu verras.
"L'arbre où naissent les légendes et la mare où tous nous allons boire."
Et ceux qui en sont demeurés prisonniers...

guy a dit…

Toutes ces questions politiques c'est idiot et 1000 pieds au-dessus de ma tête, j'essaie vraiment d'arrêter même d'y penser.